Jamma Gën- La paix seulement en langue wolof du Sénégal. Série limitée: 400US$. RV en messagerie

Bronze de Sea Diallo

Artiste Sénégalais, Sea Diallo se définit   "nomade", comme ses origines Peules. Sous-verriste, puis peintre, il est passé à la céramique avant de tater les métaux dont le fer et le bronze qu'il illustre ici par ette statuette.  "Jamma Gën" est un oiseau hybride, ni-colombe, ni outarde, symbolisant la solidarité, l'entente, l'entraide. Sea le déclien en sculpture métalliques géantes, comme en miniatires fixes ou "volantes". Renchérir sur celui-ci ou demander le catalogue des oeuvres ICI 

 

Martin Luther King par Baye Mballo Kébé, père du "Xatim Art"

Pape Mballo Kébé

Baye Mballo, peintre des opprimés Par sa peinture, Baye Mballo veut parler pour les sans voix. «J’étais un peintre mais, j’ai eu le mal de ne pas pouvoir m’engager comme il se devait», a-t-il confié. Désireux de montrer l’immensité des souffrances des uns et des autres, il a levé son pinceau pour mettre en évidence le tourment des plus opprimés de la société : les femmes et les enfants. Ainsi, dira-t-il avoir toujours magnifié l’endurance des femmes, ce qui l’a poussé à dresser sur une toile l’œuvre littéraire sur l’excision de la défunte Katoucha Niane. Issu d’une famille maraboutique, l’artiste n’oublie jamais de mettre le visage de l’enfant talibé en évidence sur ses œuvres, aux couleurs de la terre : marron, beige. Même s’il travaille avec d’autres tons, il veut rendre hommage à la terre africaine, celle qui est sacrée à ses yeux, où tout a commencé. Peintre de la souffrance, M. Kébé sait étendre l’amour sur ses toiles. ‘’Xatim art’’ où l’amour de la naissance d’un enfant L’amour qu’il attendait d’un enfant lui a fait découvrir, vers les années 1980, ce qu’il appelle aujourd’hui le ‘’xatim art’’. En effet, ayant trouvé la femme idéale pour former une famille, le doyen n’a pu se retenir d’immortaliser le moment où il a su qu’il allait être père. «Une immense joie m’a enveloppé, quand l’enfant était en route et il fallait faire quelque chose. Un soir, je me suis mis à peindre une femme tenant un enfant, un portrait de la vie», se souvient-il.

Plus d'infos ICI

Mandémory : La photo qui vous parle à tous les coups

Touré Mandémory

Dans le royaume du Mandé, ses ancêtres étaient les maîtres proclamés dans la maîtrise et l’enseignement du Coran. Dans l’univers de la photo, il se veut roi. Mandémory de son nom d’artiste, est un photodidacte qui se détache de cette pléthore de professionnels de la photographie par un style rare qui se rapproche du reportage sans trop verser dans l’institutionnel. Fougueux, spontané, avec une forte dose de suffisance, il exprime sa pensée sans détour. D’ailleurs, à l’entendre aborder les sujets d’actualité, on a du mal à lui coller l’étiquette d’un artiste féru de photographie mais plutôt celle d’un engagé qui fait le procès de son pays. Cette audace sous son béret noir rappelant le Ché en fait, pour son interlocuteur, un révolutionnaire. Effusion de mots. Convictions cerclées. Un look qui lui va si bien pour contenir sa chevelure abondante et jamais arrangée. Il se débarrasse rarement de son couvre-chef. Sauf en reportage où ses cheveux blancs le mettent à l’abri de l’homme de la rue à la colère incontrôlable qui ne souhaiterait pas figurer dans son objectif. Autant en apporte le droit d’aînesse dans l’exercice de son métier.

Plus d'infos ICI

 

Awa Ndiaye: Jeux de scènes (!?)

Awa Ndiaye, reine en déco mosaïque

 Diplômée des beaux arts de Dakar session 2006, elle  participation à l'exposition de peinture organisée par le Dakar Women's Group en avril 2012 à l'hôtel sokhamon. On la retrouve dans le cadre de l'association internationale des femmes plasticiennes le 8 mars 2012 au musée Boribana, puis à l' exposition de peinture organisée par le give one art à la galerie nationale en 2013. Elle revient  à la 2ème édition du Dakar Women's Group au musée Théodore Monod à Dakar du du 12 au 16 mars 2013, avec  les femmes plasticiennes au village des arts, galerie Léopard Sedar Senghor,  du 23 au 26 mars 2014. A la place du souvenir du 13 au 16 avril, puis à la exposition de peinture organisée par la TFM au monument de la renaissance le 11 janvier 2017. De nouveau au  Fesmir du 3 au 12 mars 2017 au musée Théodore Monod à Dakar. Ainsi qu'à l'exposition du Fesmir en Casamance du 19 mars au 19 avril 2017, à la rencontre des artistes de Saint Louis du 25 avril au 25 mai e et à l'institut français. Une riche palette  pour des scènes de vie en trompe l'oeil, marques par son expérience de la mosaïque.

Plus d'infos ICI

Scène de mariage. Du Faux naïf chez Ibrahima Kébé

Ibrahima Kébé, l'humain comme sujet

Né  à Kaolack (Sénégal), et résidant au village des arts de Dakar. Ibrahima Kébé est un peintre du quotidien : il réalise des instantanés de vie de la société sénégalaise. Ses personnages aux couleurs vives et vibrantes sont disposés en larges aplats cernés de noir fixant les attitudes sur des fonds pastels et aquilins. L’humain est le sujet principal de l’oeuvre d’Ibrahima : famille, amis, animaux, lutteurs, jeux d’enfants ou « couples heureux ». Les personnages surgissent, se détachent sur un fond invariablement neutre. Ibrahima travaille à la peinture acrylique sur toile ou sur papier.

Plus d'infos ICI

Force et t transparence chez Aïshatou Dieng

Aishatou Dieng, artdéco

Artiste plasticienne, environmentaliste,avec ses transparences donnet de la force au rendu de son travail sur divers matériaux.

Prginaire de Khomboe au centre du Sénagal, Aïshatou Dient est dipl$omée des de l'Ecole nationale des Beaus Arts en 1973. Cette lasticienne décoratrice de métier révèle une force insoupçonnéedans ses oeuvres en utilisant plusieurs techniques est des matériaux divers. RSees recherchent sont orentées vers les scènes de la vie quotidienne en Afrique, concernant notamment l'environnement et la pauvreté. Dans les formes, elle e xprime la sensualité, la beauté et la délicatesse. Aïshatou a partcipé à plusieurs grandes expositions et autour de différents thèmes:   2013 Labyrinthe, au Festival de JAzz de Saint-Louis du Sénégal;  2012 Cycle de vie, lors du   Symposium International de  Luxor, en Egypt; 2010 Habitat Spontané, en Afrique du Sud;  2009  Habitatspontané, au Ghana;  2008 Violences contre les femmes, au Burkina Faso.

Plus d'infos ICI